Bilan #2 – Février 2019 : se reconnecter au temps et à la nature !

Le bilan émotionnel

Février 2019, ce fut pour nous… sans supermarché, avec la grippe, en terrasse, trop chaud, trop court, chargé d’émotions et de projets à venir. Ce fut également la venue au monde de bébés très attendus, du théâtre à gogo, des tonnes de lessives, des montagnes de mails, des heures sup. avant les vacances, un reportage télé sur notre défi, des débats passionnés, de la gestion de conflits, trop peu de sommeil, trop peu de lecture et une infinie tendresse à partager en famille. Février ce fut aussi du temps avec les enfants, du temps avec les copains des enfants, un resto en amoureux, un resto en famille, des baby-sittings, des rendez-vous chez le médecin, déjà 10 mois que Lucien est venu rejoindre la famille, la reprise du sport, la reprise du vélo, un match de Floorball perdu sur le fil, le nettoyage du jardin de l’école, le passage aux savons solides, un peu de neige et quelques coups de mou. Enfin, février nous a fait plus que jamais réfléchir à notre rôle de parents, notre responsabilité à mener nos enfants vers un monde en proie à des bouleversements majeurs. Et puis surtout ce deuxième mois de l’année fut encore et toujours un mois sans rien acheter de neuf!

Le bilan matériel

Avec ses 28 petits jours, le mois de février nous fait toujours l’effet de passer beaucoup trop vite, comme un trait d’union entre l’effervescence du début d’année et l’arrivée du printemps. Dans notre famille, février n’est pourtant pas en reste de fêtes d’anniversaire ni de traditions bien ancrées (la chandeleur, le nettoyage du jardin, la reprise des louveteaux). Notre tableau noir avec les entrées et sorties de biens matériels ne s’est pas beaucoup rempli ce moi-ci. Mais deux thématiques nous ont occupé l’esprit dans le cadre de notre défi rien d’neuf : « Février sans supermarché » et « Comment se soigner sans surconsommer ? ».

Les achats en seconde main :

Les objets récupérés :

  • Un sac de vêtements de femme de ma belle maman (grâce à l’intervention de Take it slow pour faire du tri dans sa garde robe)

Les objets empruntés :

  • Un livre Max et Lili prêté par une amie.

Les cadeaux que nous avons reçus :

  • Une boîte de Playmobil (neuve) d’une copine de Camille venue jouer à la maison un dimanche après-midi. Nous avons décidé depuis, avec quelques parents, que nous mettions définitivement fin à cette pratique du cadeau pour des invitations à jouer le weekend.

Les actions réalisées en parallèle à notre défi pour diminuer notre impact écologique :

  • Février sans supermarché :

Lancée en 2017 par le site Internet En vert & Contre tout, cette initiative suisse a touché la Belgique pour la première fois cette année. L’objectif étant de profiter de ce mois de défi pour encourager le consommateur à prendre de nouvelles habitudes en consommant local et durable à long terme. Dans notre famille, cela fait déjà plusieurs mois que nous avons renoncé aux grandes surfaces pour privilégier les petits producteurs, les marchés, les magasins bio, les commerces de quartier et les boutiques qui proposent du vrac. Notre démarche « Riendneuf » s’inscrit d’ailleurs dans cette continuité. Car fuir les supermarchés, c’est avant tout repenser sa façon de consommer, en achetant moins mais de meilleure qualité. Le budget à y consacrer ne s’en voit d’ailleurs pas forcément diminué. C’est également dépenser son argent dans des petites structures et donc éviter la spoliation des richesses créées par des actionnaires avides de rentabilité.

Ce mois de février n’a donc pas radicalement changé nos habitudes pour les courses hebdomadaires qui consistent à remplir placards et frigo avec la base nécessaire pour notre semaine de métro-boulot-dodo. Mais comme la routine ne caractérise pas vraiment notre vie de famille, les imprévus sont en réalité très nombreux. Et c’est sans doute sur ce terrain que le mois de février sans supermarché nous a davantage challengés. Ils étaient encore trop nombreux les jours où, pressées de rentrer et réalisant soudainement que nous n’avions plus de pain pour le petit déjeuner du lendemain, je franchissais les portes du City Delhaize de la station de métro. Ou ces autres jours, quand fourbue d’une journée de travail assommante, je décidais d’abandonner le repas du soir initialement prévu (et ses 45 minutes de préparation) pour acheter une barquette de sushi au même City Delhaize de la gare du midi.

Depuis le 1er février, je privilégie la petite épicerie bio à 2 rues de chez moi (Roots). J’ai troqué les sushi du Delhaize contre ceux de chez Makisu (en apportant mes propres contenants). J’ai testé le magasin bio de la gare du midi pour y acheter de la soupe préparée. J’ai toujours en réserve un bocal de chez Lili Bulk pour les soirs de paresse. Vous trouverez la liste de nos fournisseurs sur la page suivante dans notre rubrique « Nos bons plans ». De quoi vous inspirer et peut-être vous aider à démystifier un peu le fait de renoncer aux supermarchés.

  • Se soigner sans surconsommer :

20181110_164923

Février fut chez nous le mois des microbes et des petites bêtes en tous genres. Pour la première fois, et contre toute attente de ma part, je n’ai pas couru à la pharmacie dès les premiers signes d’affaiblissement. Je ne me suis pas jetée sur les spray pour la gorge ni sur les pastilles de vitamine C. J’ai attendu que l’orage passe et j’ai lutté vaillamment avec des potions maison, des grogs alcoolisés et des huiles essentielles qui apaisent les bobos. Un petit virus qui passe par la maison ne mérite pas toujours que l’on sorte la grosse artillerie. De nombreuses études ont d’ailleurs montré ces dernières années une tendance à la surconsommation de médicaments dans nos sociétés occidentales et ont dénoncé l’impact néfaste d’une prise trop régulière d’anti-inflammatoires ou d’antibiotiques sur la santé. Sans compter qu’une boîte de médicaments est rarement terminée et génère donc un maximum de gaspillage et de déchets. Sans être une spécialiste de la question, retrouvez la liste de nos remèdes bio (curatifs ou préventifs) qui ont fait leur preuve dans notre famille sur la page suivante dans la rubrique « Nos bons plans ».